connaissance


connaissance

connaissance [ kɔnɛsɑ̃s ] n. f.
conoissance XIe; de connaître
I
1 Fait, manière de connaître. La connaissance d'un objet. conscience; compréhension, représentation. Connaissance de choses nouvelles. découverte. Il a une bonne connaissance de la question, de l'anglais. Connaissance sensorielle; connaissance intuitive. impression, intuition, sensation, sentiment. Connaissance exacte, profonde. certitude. Connaissance abstraite, spéculative; pratique, expérimentale ( expérience, 1. pratique) . Connaissance sacrée. gnose. « Toute connaissance est une réponse à une question » (Bachelard).
Absolt Théorie de la connaissance, des rapports entre le sujet (qui connaît) et l'objet. ⇒ épistémologie, gnoséologie; cognitif.
Spécialt Connaissance des Temps : éphémérides du Bureau des longitudes.
2Loc. Avoir connaissance de : être informé de. ⇒ connaître, 1. savoir. Prendre connaissance de qqch. Donner connaissance de. informer. Avec à. Venir à la connaissance de : être appris de. Porter qqch. à la connaissance de qqn. À ma connaissance : autant que je sache.
3(XIIe) Vx Faculté de connaître propre à un être vivant. intelligence. « Pourquoi ma connaissance est-elle bornée ? » (Pascal). « si les bêtes ont de la connaissance » (Fénelon) .
4(av. 1650) Dans des loc. Fait de sentir, de percevoir. conscience, sentiment. Avoir toute sa connaissance. lucidité. Perdre connaissance. Tomber, rester sans connaissance : s'évanouir, être évanoui. Reprendre connaissance (cf. Reprendre ses esprits).
5(1595) Les connaissances (sens objectif) :ce qui est connu; ce que l'on sait, pour l'avoir appris. ⇒ 1. acquis, 2. culture, érudition, instruction, vieilli lumière, 2. savoir, science. Connaissances acquises. Avoir des connaissances en astronomie. Connaissances élémentaires, sommaires. abc, aperçu, b.a.-ba, élément, idée, notion, rudiment, vx teinture. Approfondir, enrichir ses connaissances. Agrandir le cercle, le champ, étendre la sphère de ses connaissances. Ensemble des connaissances. encyclopédie. « les connaissances nous suivent tout le reste de notre vie, nous sont toujours utiles » (Stendhal).
(Sing. collect.) La connaissance : tout ce qui est connu. ⇒ 2. savoir, science.
6Dr. Droit de connaître et de juger. compétence. Connaissance d'une cause par un tribunal. Fig. et cour. En connaissance de cause : avec raison et justesse, à bon escient. ⇒ judicieusement, sciemment.
II(XIIe) Vx Preuve, marque. Vén. Traces laissées par la bête chassée. III
1(congnoissance 1494) Avec quelques verbes Relation sociale qui s'établit entre personnes. Lier connaissance avec qqn. se lier, rencontrer (cf. Entrer en contact avec). Faire connaissance avec qqn. Faire la connaissance de qqn. (Formule de politesse) Je suis heureux de faire votre connaissance. Absolt Nous avons fait connaissance, plus ample connaissance. Renouer connaissance : reprendre des relations interrompues. Faire faire connaissance à deux personnes. introduire, présenter.
♢ DE CONNAISSANCE : que l'on connaît. Une personne, un visage de connaissance. Nous sommes entre gens de connaissance. Ce n'est pas quelqu'un de ma connaissance. Loc. Être en pays de connaissance, avec des gens que l'on connaît, dans un milieu social, un domaine intellectuel que l'on maîtrise.
2(1628) UNE CONNAISSANCE : une personne que l'on connaît. ⇒ relation. C'est une simple connaissance. Faire, se faire de nouvelles connaissances dans une réunion.
3Par ext. Faire connaissance avec qqch., la connaissance de qqch. : découvrir. « faire la connaissance d'une ville » (Camus).
⊗ CONTR. Doute, ignorance, inconscience, inexpérience. Inconnu.

connaissance nom féminin (de connaître) Action, fait de comprendre, de connaître les propriétés, les caractéristiques, les traits spécifiques de quelque chose : La connaissance de la nature. Opération par laquelle l'esprit humain procède à l'analyse d'un objet, d'une réalité et en définit la nature : Connaissance intuitive. Ensemble des domaines où s'exerce l'activité d'apprendre ; savoir : Toutes les branches de la connaissance. Personne que l'on connaît, relation : Ce n'est pas vraiment un ami, c'est une simple connaissance. Capacité de quelqu'un en état d'éveil à être conscient de son existence et de la réalité qui l'entoure, état conscient ; conscience (toujours dans des expressions) : Il est tombé par terre sans connaissance. Religion En style biblique, union charnelle de l'homme et de la femme. ● connaissance (citations) nom féminin (de connaître) Émile Chartier, dit Alain Mortagne-au-Perche 1868-Le Vésinet 1951 La connaissance craque, aussi bien que l'amour, aux hommes sans courage. Sentiments, passions et signes Gallimard Jacques Amyot Melun 1513-Auxerre 1593 C'est un point de grande importance, pour bien mettre son esprit à repos, de se considérer principalement soi-même, son état et sa condition. Œuvres morales, traduit de Plutarque. Alexandre Arnoux Digne 1884-Paris 1973 « Ô mon fils, connais-toi toi-même, mais pas trop. » Cent Sept Quatrains J. Haumont Claude Aveline Paris 1901-Paris 1992 Il n'est pas moins facile de réveiller Lazare que de se retrouver soi-même. Le Point du jour Mercure de France Georges Bataille Billom 1897-Paris 1962 L'homme ne peut se trouver qu'à la condition, sans relâche, de se dérober lui-même à l'avarice qui l'étreint. L'Expérience intérieure Gallimard Georges Bataille Billom 1897-Paris 1962 Du savoir extrême à la connaissance vulgaire, la différence est nulle. Méthode de méditation Gallimard Georges Bernanos Paris 1888-Neuilly-sur-Seine 1948 La charité, comme la raison, est un des éléments de notre connaissance. Sous le soleil de Satan Plon Maurice Blondel Dijon 1861-Aix-en-Provence 1949 La charité est l'organe de la parfaite connaissance. L'Action P.U.F. Yves Bonnefoy Tours 1923 La connaissance est le dernier recours de la nostalgie. L'Improbable Mercure de France Jacques Bénigne Bossuet Dijon 1627-Paris 1704 Le plus grand dérèglement de l'esprit, c'est de croire les choses parce qu'on veut qu'elles soient, et non parce qu'on a vu qu'elles sont en effet. Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même Paul Bourget Amiens 1852-Paris 1935 Académie française, 1894 Se découvrir un style, c'est tout simplement avoir le courage de noter les mouvements de son moi. Essais de psychologie contemporaine Plon Aimé Césaire Basse-Pointe, Martinique, 1913 La connaissance poétique est celle où l'homme éclabousse l'objet de toutes ses richesses mobilisées. Sur la poésie Seghers Paul Claudel Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868-Paris 1955 L'homme connaît le monde non point par ce qu'il y dérobe mais par ce qu'il y ajoute. Art poétique Mercure de France Paul Claudel Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868-Paris 1955 Il ne faut pas comprendre […] Il faut perdre connaissance. Partage de midi, I, Ysé Gallimard Philippe Desportes Chartres 1546-abbaye de Bonport, Normandie, 1606 Aux extrêmes périls, peu sert la connaissance. Amours d'Hippolyte Georges Duhamel Paris 1884-Valmondois, Val-d'Oise, 1966 Académie française, 1935 Je ne me défie pas de la machine que je regarde avec curiosité sur son socle ou sous sa verrière. Je me défie de la machine qui est en moi. Paroles de médecin Mercure de France Gustave Flaubert Rouen 1821-Croisset, près de Rouen, 1880 Académie française, 1880 Par cela même que je connais les choses, les choses n'existent plus. L'Éducation sentimentale André Gide Paris 1869-Paris 1951 Toute connaissance que n'a pas précédé une sensation m'est inutile. Les Nourritures terrestres Gallimard Jean Grenier Paris 1898-Dreux 1971 L'homme ne peut agir que parce qu'il peut ignorer. Mais il ne voudrait agir qu'en connaissance de cause — funeste ambition. Lexique Gallimard Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 […] Ce génie particulier de la femme qui comprend l'homme mieux que l'homme ne se comprend. Les Misérables François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 Nous sommes si accoutumés à nous déguiser aux autres qu'enfin nous nous déguisons à nous-mêmes. Maximes François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 On ne se peut consoler d'être trompé par ses ennemis et trahi par ses amis, et l'on est souvent satisfait de l'être par soi-même. Maximes Claude Lévi-Strauss Bruxelles 1908 Le procès tout entier de la connaissance humaine assume le caractère d'un système clos. La Pensée sauvage Plon Louis XIV, roi de France Saint-Germain-en-Laye 1638-Versailles 1715 En parlant de nos affaires, nous n'apprenons pas seulement beaucoup d'autrui, mais aussi de nous-mêmes. Mémoires André Malraux Paris 1901-Créteil 1976 On ne connaît jamais un être, mais on cesse parfois de sentir qu'on l'ignore. La Condition humaine Gallimard Gabriel Marcel Paris 1889-Paris 1973 Il n'y a d'opinion que de ce qu'on ne connaît pas. Du refus à l'invocation Gallimard Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux Paris 1688-Paris 1763 Il n'y a que le sentiment qui nous puisse donner des nouvelles un peu sûres de nous. La Vie de Marianne Gérard Labrunie, dit Gérard de Nerval Paris 1808-Paris 1855 Il voulait tout savoir mais il n'a rien connu. Poésies diverses, Épitaphe Blaise Pascal Clermont, aujourd'hui Clermont-Ferrand, 1623-Paris 1662 Qu'il y a loin de la connaissance de Dieu à l'aimer ! Pensées, 280 Commentaire Chaque citation des Pensées porte en référence un numéro. Celui-ci est le numéro que porte dans l'édition Brunschvicg — laquelle demeure aujourd'hui la plus généralement répandue — le fragment d'où la citation est tirée. André Pieyre de Mandiargues Paris 1909-Paris 1991 La connaissance et l'amour ont pour effet d'abolir les oppositions. In Préface aux Œuvres complètes de André Pieyre de Mandiargues Gallimard Ernest Renan Tréguier 1823-Paris 1892 Le plus simple écolier sait maintenant des vérités pour lesquelles Archimède eût sacrifié sa vie. Souvenirs d'enfance et de jeunesse, Préface Lévy Charles Augustin Sainte-Beuve Boulogne-sur-Mer 1804-Paris 1869 Combien de gens meurent avant d'avoir fait le tour d'eux-mêmes ! Pensées Antoine de Saint-Exupéry Lyon 1900-disparu en mission aérienne en 1944 L'homme se découvre quand il se mesure avec l'objet. Terre des hommes Gallimard Jean-Paul Sartre Paris 1905-Paris 1980 Ce n'est pas dans je ne sais quelle retraite que nous nous découvrirons : c'est sur la route, dans la ville, au milieu de la foule, chose parmi les choses, homme parmi les hommes. Situations I Gallimard Baruch Spinoza Amsterdam 1632-La Haye 1677 Le bien suprême de l'âme est la connaissance de Dieu ; et la vertu suprême de l'âme, c'est connaître Dieu. Summum Mentis bonum est Dei cognitio, et summa Mentis virtus Deum cognoscere. L'Éthique, Livre III Dante Alighieri Florence 1265-Ravenne 1321 Considérez la race dont vous êtes, créés non pas pour vivre comme brutes, mais pour suivre vertu et connaissance. Considerate la vostra semenza : fatti non foste a viver come bruti, ma per seguir virtute e conoscenza. la Divine Comédie Laozi ou Lao-tseu VIe-Ve s. avant J.-C. Connaître par non-connaissance est très élevé. Tao-tö-king, LXXI Laozi ou Lao-tseu VIe-Ve s. avant J.-C. Plus on va loin, plus la connaissance baisse. Tao-tö-king, XLVII Gadadhar Chatterji ou Gadadhar Chattopadhyaya, dit Ramakrishna Kamarpukur, près d'Hooghly, Bengale-Occidental, 1836-Calcutta 1886 La connaissance conduit à l'unité comme l'ignorance mène à la diversité. Entretiens Antony Christiaan Winand Staring Gendringen 1767-Vorden, près de Lochem, 1840 La connaissance mûre écoute, Celle qui n'a pas mûri parle. Dagelijks doen Georg Trakl Salzbourg 1887-Cracovie 1914 Seul celui qui méprise le bonheur aura la connaissance. Nur dem, der das Glück verachtet, wird Erkenntnis. Aphorisme connaissance (difficultés) nom féminin (de connaître) Construction 1. Faire connaissance de qqn, de qqch / avec qqn, avec qqch. Les deux constructions sont correctes : il a fait connaissance de ses voisins, avec ses voisins ; il a fait connnaissance de son nouveau poste, avec son nouveau poste. 2. Faire la connaissance de qqn, de qqch : j'ai fait la connaissance d'un personnage étonnant ; avez-vous fait la connaissance de la région ? ● connaissance (expressions) nom féminin (de connaître) À ma connaissance, d'après ce que je sais. Avoir connaissance de quelque chose, l'apprendre, le savoir. De connaissance, se dit de quelqu'un, de quelque chose qu'on connaît : Personne de connaissance. Donner connaissance de quelque chose à quelqu'un, porter quelque chose à la connaissance de quelqu'un, l'en informer. Être en pays de connaissance, être dans un milieu, une société où l'on ne se sent pas perdu ; se trouver dans une matière, question, domaine où on se sent à l'aise. Faire, lier connaissance (avec quelqu'un), faire la connaissance de quelqu'un, le rencontrer pour la première fois. Faire connaissance avec quelque chose, en faire l'expérience pour la première fois. Perdre connaissance, s'évanouir ; tomber dans le coma. Prendre connaissance de quelque chose, l'examiner, l'étudier, le lire, s'en informer. Reprendre connaissance, reprendre conscience ; revenir d'un évanouissement. Venir à la connaissance de quelqu'un, être appris par lui. Logique de la connaissance, selon Karl R. Popper, méthode d'analyse qui concerne les seules relations logiques et qui s'oppose à la psychologie de la connaissance, traitant des faits empiriques. Théorie de la connaissance, système d'explication des rapports entre la pensée et les objets, entre l'homme et le monde. Sociologie de la connaissance, étude des rapports entre le contenu, l'expression, l'acquisition et le rôle du savoir d'un sujet et les cadres sociaux auxquels il se rattache. (La sociologie de la connaissance a été créée par Karl Mannheim, et se retrouve chez Wright Mills et G. Gurvitch.) ● connaissance (synonymes) nom féminin (de connaître) Action, fait de comprendre, de connaître les propriétés, les caractéristiques...
Synonymes :
- appréhension
- représentation
Contraires :
- méconnaissance
Opération par laquelle l'esprit humain procède à l'analyse d'un objet...
Synonymes :
- compréhension
Ensemble des domaines où s'exerce l'activité d'apprendre ; savoir
Synonymes :
Personne que l'on connaît, relation
Synonymes :
Contraires :

connaissance
n. f.
d1./d Fait de connaître une chose, fait de savoir qu'elle existe. La connaissance sensorielle s'oppose à la connaissance abstraite.
d2./d PHILO Théorie de la connaissance: ensemble de spéculations visant à déterminer l'origine et la valeur de la connaissance commune, scientifique et philosophique.
d3./d Idée exacte d'une réalité, de sa situation, de son sens, de ses caractères, de son fonctionnement. Avoir une grande connaissance de l'art, des affaires.
d4./d Loc. Avoir connaissance de (qqch): en venir à apprendre (qqch).
Prendre connaissance d'une chose, l'examiner.
à ma connaissance: autant que je sache.
En connaissance de cause: V. cause 1.
d5./d (En loc.) Conscience de sa propre existence et de l'exercice de ses facultés. Perdre connaissance; rester, tomber sans connaissance: avoir une syncope. Reprendre connaissance: revenir d'un évanouissement.
d6./d (Plur.) Notions acquises. Avoir des connaissances en droit.
d7./d Relation entre des personnes. Faire connaissance avec qqn: entrer en relation avec qqn.
|| De connaissance: que l'on connaît. J'ai retrouvé une tête de connaissance.
d8./d Une connaissance: une personne avec qui l'on est en relation.
d9./d DR Droit de statuer sur une affaire.

⇒CONNAISSANCE, subst. fém.
I.— [Correspond à connaître I]
A.— Vx ou spéc. Synon. de reconnaissance.
1. Lang. littér. et philos. La connaissance du bien et du mal. La connaissance du juste et de l'injuste fait partie de l'instinct comme de la raison (J. BOUCHER DE PERTHES, De la Création, t. 3, 1838-41, p. 61).
1. On ne lui avait pas donné la connaissance du bien et du mal : sa famille s'en fût bien gardée, dans la crainte d'être par lui méprisée et reniée.
G. SAND, Lélia, 1839, p. 359.
Rem. Cette nuance est mieux ressentie dans le verbe.
Être en âge de connaissance. Avoir atteint l'âge où l'on est apte à discerner la valeur de ses actions petites ou grandes. Avoir de la connaissance (cf. âge de raison).
2. P. méton., VÉN., au plur. Les connaissances. Indices de reconnaissance de l'âge et de la taille d'une bête. Les connaissances d'un cerf, d'un daim.
Rem. Bien attesté dans les dict. gén. à partir de Ac. 1835.
B.— Action, acte ou fait de connaître quelque chose.
1. PHILOS. et p. ext. vocab. sc. en gén.
a) Acte de la pensée qui saisit un objet par les sens ou non avec implication plus ou moins grande du sujet de la connaissance. Connaissance objective, subjective (cf. aperception, jugement, perception, science, vérité); l'acte de connaissance; les fondements, les limites, le mécanisme de la connaissance. La connaissance, c'est l'infini versé dans un moule fini (RENAN, L'Avenir de la sc., 1890, p. 477). La connaissance est la constatation de mon contour (CLAUDEL, Art poétique, 1907, p. 157).
2. Il est nécessaire qu'une synthèse s'opère entre les deux modes de connaissance qui se disputent depuis des siècles les esprits : intellect et intuition.
Arts et litt. dans la société contemp., 1936, p. 5610.
Rem. D'un point de vue didactique connaissance s'oppose à action.
SYNT. a) Connaissance + adj. Connaissance expérimentale, immédiate, innée, instinctive, intellectuelle, intuitive, rationnelle, sensorielle, spéculative; connaissance absolue, claire, distincte, élémentaire, exacte, imparfaite; connaissance historique, mathématique, philosophique. b) Subst. + de (la) connaissance. Démarche, élaboration, processus de la connaissance; branches, éléments, formes, modes, principes, sources de la connaissance; possibilité, progrès, relativité, validité de la connaissance; théorie de la connaissance; sociologie de la connaissance. c) Verbe + connaissance. Arriver, atteindre, s'élever à la connaissance.
MÉD. et usuel
♦ Conscience que chacun a de sa propre existence. Perdre connaissance. S'évanouir. Tomber sans connaissance; être privé de connaissance; rester sans connaissance pendant plusieurs heures; reprendre, recouvrer (sa) connaissance.
♦ Lucidité. Avoir, garder, conserver (toute, sa) connaissance jusqu'à la mort :
3. ... on ne put que lui [M. le Tourneux] donner l'extrême-onction, ne lui jugeant pas assez de connaissance pour le viatique; ...
SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 77.
b) P. méton. Faculté de connaître; exercice de cette faculté. Exercer sa connaissance sur qqc.; être doué de connaissance :
4. ... mes perceptions finies et déterminées sont les manifestations partielles d'un pouvoir de connaissance qui est coextensif au monde et qui le déploie de part en part.
MERLEAU-PONTY, Phénoménologie de la perception, 1945, p. 424.
2. Action ou acte de se faire une représentation, de s'informer ou d'être informé de l'existence de quelque chose; l'idée ainsi formée. Avoir, prendre connaissance d'un document, d'une nouvelle; donner connaissance d'un testament à qqn. Je n'avais nulle idée juste de vous, disait-il, je n'avais aucune connaissance exacte de ce qui vous concernait (LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 822). Il n'y eut à ma connaissance qu'un seul libéré, le critique d'art Louis Chéronnet (AMBRIÈRE, Les Grandes vacances, 1946, p. 130).
Avoir connaissance que + ind. Synon. apprendre, être informé de (cf. connaître) :
5. — Voilà comment ça s'est passé... Vous avez peut-être eu connaissance qu'il était foreman dans un chantier en haut de la Tuque, sur la rivière Vermillon.
HÉMON, Maria Chapdelaine, 1916, p. 138.
SYNT. Il vint à ma connaissance que; à ma connaissance (d'après ce que je sais); de ma connaissance; à la connaissance de tout le monde.
Spéc., MAR. Avoir, prendre connaissance des côtes, d'une terre, d'une escadre d'un navire. Le dimanche 20 octobre, vers midi, on eut connaissance de la côte indienne (VERNE, Le Tour du monde en 80 jours, 1873, p. 41) :
6. ... je fus très surpris, au jour, de ne pas voir la terre sous le vent, et je n'en eus connaissance qu'à six heures du matin...
Voyage de La Pérouse, t. 3, 1797, p. 183.
P. méton. La Connaissance des Temps. Titre du recueil annuel rédigé deux ans à l'avance par le Bureau des Longitudes. On me demande : l'éclipse a-t-elle lieu à l'heure prédite? Je cherche dans la Connaissance des Temps, je vois que l'éclipse était annoncée (H. POINCARÉ, La Valeur de la sc., 1905, p. 231).
3. Action ou fait d'apprendre quelque chose par l'étude et/ou la pratique; résultat de cette action ou de ce fait : compétence en quelque chose, expérience de quelque chose; connaissance, savoir acquis(e). Avancer, pénétrer dans la connaissance de qqc., avoir, posséder la (une bonne) connaissance de qqc.; n'avoir aucune connaissance de qqc., en matière de + subst. ou + adj. Cf. également maîtrise, pratique, talent :
7. Barras n'avait pas fait la guerre; il avait quitté le service n'étant que capitaine; il n'avait d'ailleurs aucune connaissance militaire.
LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 750.
SYNT. et EXPR. La connaissance d'un art, d'une langue, d'une œuvre, d'une science; être versé dans la connaissance des affaires; accroître, acquérir, affermir, approfondir, étendre, faire progresser notre connaissance de qqc.; cela est de ma connaissance (rare); cela est de la connaissance de tout le monde.
P. méton., au plur. Les connaissances. Ce que l'on connaît par l'étude, par la recherche. Avoir, acquérir, amasser des connaissances + adj. + dans, en, sur + subst. La psychanalyse est un terrain où il est fort dangereux de s'aventurer sans connaissances solidement fondées (DU BOS, Journal, 1928, p. 199) :
8. Combien de questions importantes, dans cette même science [l'économie], n'ont pu être bien résolues qu'à l'aide des connaissances acquises sur l'histoire naturelle, sur l'agriculture, sur la physique végétale, sur les arts mécaniques ou chimiques!
CONDORCET, Esquisse d'un tableau hist. des progrès de l'esprit hum., 1794, p. 190.
SYNT. et EXPR. a) Connaissances élémentaires, fragmentaires, générales; connaissances empiriques, théoriques, utiles, scolaires, techniques; connaissances de base; connaissances en géographie, en médecine; connaissances artistiques, littéraires; tirer parti de ses connaissances. b) Classification, ensemble, hiérarchie, ordre, somme, système des connaissances; la table des connaissances; évolution, progrès des connaissances; un bagage, un capital, une foule de connaissances. c) Cet homme n'a pas les connaissances indispensables (nécessaires) à, le minimum de connaissances pour; étendre le cercle de nos connaissances; dans l'état actuel de nos connaissances; le niveau des connaissances; contrôle, recyclage des connaissances; connaissances exigées d'un candidat à tel concours; puiser ses connaissances dans; donner, transmettre des connaissances (à qqn); augmenter, enrichir, perfectionner ses connaissances en; faire étalage de ses connaissances; se piquer de connaissances.
Spéc., DR.
a) Compétence d'un juge, d'un tribunal et p. ext. d'une assemblée. L'officier chargé du ministère public près la cour, le tribunal ou le juge d'instruction saisi de la connaissance du délit (Code d'instruction criminelle, 1808, p. 787).
b) Juger, se prononcer en connaissance de cause. Le gouvernement a pris en connaissance de cause ses décisions à cet égard (DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, p. 577).
P. ext., cour. Agir, apprécier, parler, porter un jugement avec, en (pleine, toute) connaissance de cause. Comme une personne bien informée. Voulant acquérir le droit d'en parler en conscience, c'est-à-dire avec pleine et entière connoissance de cause (J. DE MAISTRE, Les Soirées de Saint-Pétersbourg, t. 1, 1821, p. 448).
II.— [Correspond à connaître III]
A.— Action ou acte consistant à établir une relation avec quelqu'un. Lier connaissance avec qqn; rechercher la connaissance de qqn; entrer, être en connaissance avec qqn. Ce cadeau, qui lui parut fort précieux, commença notre connaissance (MÉRIMÉE, Théâtre de Clara Gazul, 1825, p. 2).
9. La connaissance ébauchée la veille entre Colline et Schaunard, et plus tard avec Marcel, devint plus intime; ...
MURGER, Scènes de la vie de bohème, 1851, p. 44.
1. Locutions
a) Faire (la) connaissance
suivi de de qqn, avec qqn. Faire la connaissance de qqn; faire sa connaissance; faire plus ample connaissance avec qqn :
10. ... je vous envoie l'invitation que vous m'avez demandée, et serai charmée de faire la connaissance de la sœur de Madame de Restaud.
BALZAC, Le Père Goriot, 1835, p. 244.
11. Le dîner sera charmant et tu feras connaissance d'une femme remarquable et aimable, si, toutefois, tu en acceptes l'occasion.
VILLIERS DE L'ISLE-ADAM, Correspondance, 1884, p. 76.
♦ Formule de politesse. C'est un grand plaisir pour moi, (je suis) heureux de faire votre connaissance.
Emploi abs. Faire connaissance; faire faire connaissance à deux personnes :
12. — Est-il question d'un mariage, ou d'un collage? (...)
— Il n'est question de rien (...) On fait connaissance tous les deux, on s'apprend...
COLETTE, La Vagabonde, 1910, p. 182.
P. anal. [L'obj. désigne une chose personnifiée, dont la connaissance demande du temps] Synon. emphatique de découvrir.
♦ Synon. s'accoutumer à, prendre contact avec qqc :
13. Une manière commode de faire la connaissance d'une ville est de chercher comment on y travaille, comment on y aime et comment on y meurt.
A. CAMUS, La Peste, 1947, p. 1217.
14. Martin fait connaissance avec l'atelier, avec le bureau de dessin, et le groupe des électroniciens. Progressivement il se familiarise avec les circuits électroniques, avec les machines que, sorbonnard, il ignorait totalement.
LEPRINCE-RINGUET, Des Atomes et des hommes, 1957, p. 82.
♦ Faire l'expérience de :
15. ... c'est une femme, une femme un peu mûre, curieuse, d'un esprit excitable, et qui, ayant cédé à l'envie de faire connaissance avec le poison, décrit ainsi, pour une autre dame, la principale de ses visions.
BAUDELAIRE, Paradis artificiels, 1860, p. 367.
P. plaisant. Ses cheveux, qui avaient fait connaissance avec le peigne, étaient proprement retenus par un ruban rouge (T. GAUTIER, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 497).
b) En emploi adj. De connaissance. Bien connu. Être entre personnes de connaissance; rencontrer des gens de connaissance; une figure, une tête de connaissance (fam.) :
16. Il était d'usage, à la sortie de la messe « du chateau » — la messe chic — de stationner dans la cour d'honneur, et d'y saluer les personnes de connaissance.
R. MARTIN DU GARD, Devenir, 1909, p. 132.
De (+ adj. poss.) connaissance. (Bien) connu de (moi, toi...). Dix ou douze personnes de ma connaissance ont eu de longues fièvres intermittentes (BRILLAT-SAVARIN, Physiol. du goût, 1825, p. 237).
Expr. fig. Être, se trouver en pays de connaissance [Être, se trouver] entre personnes qui se connaissent bien :
17. Il s'y [à l'hôtel le « grand-cerf »] retrouva en pays de connaissance; le personnel était resté presque le même, et le domestique qui le conduisit à sa chambre se permit de lui rappeler, avec la familiarité des garçons d'hôtel, le court séjour qu'il avait fait à l'auberge en compagnie de Madeleine; ...
ZOLA, Madeleine Férat, 1868, p. 202.
2. P. méton.
a) Personne de connaissance, personne que l'on connaît quelque peu pour l'avoir déjà rencontrée. Une connaissance, une de mes connaissances; faire une (des) connaissance(s); se faire des connaissances; cercle de connaissances. Synon. relation. Messieurs, je n'étais point l'ami de ce Bertrand d'Airolles, mais seulement sa connaissance (P.-A. DE BEAUMARCHAIS, Mémoires, t. 1, 1789, p. 383) :
18. À l'instigation de sa femme, Reinhart, qui lisait à peine les notes de musique, acheta une vingtaine d'exemplaires des lieder de Christophe, — (les premiers qui fussent sortis de la boutique de l'éditeur); — il les répandit en Allemagne, de différents côtés, parmi ses connaissances universitaires; ...
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Révolte, 1907, p. 528.
Fam. Synon. de familier. Rencontrer, retrouver, revoir une vieille connaissance. On eût dit une réunion de vieilles connaissances qui se connaissaient jusqu'au cœur et qui s'endormaient sur la foi de leur amitié (ZOLA, Thérèse Raquin, 1878, p. 68).
b) Péj. Faire une mauvaise, vilaine connaissance; avoir de mauvaises connaissances. Synon. peu usité de fréquentations (mauvaises), rencontres :
19. ... mon père se borna à dire des mots profonds et sérieux sur le danger des mauvaises connaissances pour les mœurs.
STENDHAL, Vie de Henry Brulard, t. 1, 1836, p. 243.
c) Pop., vieilli. Une connaissance; avoir une belle connaissance; sortir avec sa connaissance. Synon. (bonne) amie, maîtresse. — Il aura eu des amours malheureux, dit Faufilet. — Sa connaissance l'aura trahi (P. AVENEL, Les Calicots, 1866, p. 65). On veut donc épater sa connaissance, on lui paye des douceurs! (ZOLA, L'Assommoir, 1877, p. 409).
3. Spéc., style biblique, rare. Connaissance charnelle. Rapports sexuels entre un homme et une femme :
20. Ce ne sera vraiment exquis, ce soir, qu'après celle-là [la première empreinte], se dit-il; le côté grotesque ne sera plus; la connaissance charnelle sera faite; je pourrai reprendre Hyacinthe, sans avoir la sollicitude inavouée de ses formes, l'inquiétude de ma tenue, l'embarras de mes gestes.
HUYSMANS, Là-bas, t. 2, 1891, p. 40.
B.— Action de connaître quelqu'un dans sa personnalité; le résultat de cette action :
21. Plusieurs entretiens que j'eus en particulier avec Firmin Sancerre ne m'avancèrent guère dans la connaissance du personnage.
BILLY, Introïbo, 1939, p. 9.
P. ext. Expérience des relations humaines :
22. Au total, après des années de vie libre, sous la légère tutelle de sa mère, elle se voyait désabusée, écœurée par la connaissance trop précoce d'un milieu dépravé, instruite de l'existence et de ses laides réalités, épouvantée devant la hideur du monde.
VAN DER MEERSCH, Invasion 14, 1935, p. 199.
Rem. Ce sens est beaucoup mieux ressenti dans le verbe (cf. connaître III C).
Prononc. et Orth. :[]. Admis ds Ac. 1694-1932. Cf. connaître. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1100 conoisance « acte de connaître; idée, notion de quelque chose » (Roland, éd. J. Bédier, 3987); 2. ca 1265 cognoissance « faculté de connaître, intelligence » (B. LATINI, Li livres dou tresor, éd. F.-J. Carmody, II, 68); 3. 1283 dr. connoissance « droit de juger certaines personnes, de connaître de certaines questions » (PH. DE BEAUMANOIR, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, t. 1, § 39); 4. a) 1491 congnoissance « expérience, habileté » (COMMYNES, Mémoires, éd. J. Calmette, Prologue, t. 1, p. 2); b) 1595 plur. « contenu de la connaissance, ensemble de ce que l'on sait » (MONTAIGNE, Essais, 1. II, chap. XII, éd. Gallimard, p. 599); 5. av. 1650 « état de celui qui a le sentiment de son existence » (VAUGELAS, Quinte-Curce, 1. III, chap. 5 ds LITTRÉ). B. 1. 1494 congnoissance « relation avec quelqu'un » (Arch. Nord, B 1708, fol. 52 v° ds IGLF) 2. 1554 « relation sexuelle » (GRUGET, Diverses leçons, t. II, p. XXVIII ds GDF. Compl.); 3. a) 1656 « personne que l'on connaît » (PASCAL, Provinciales, 5 ds LITTRÉ); b) 1852 p. ext. pop. « galant, maîtresse » (J. HUMBERT, Nouv. Glossaire genevois, p. 110); 4. 1823 faire connaissance avec qqc. (LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, p. 308). Dér. du rad. du part. prés. de connaître; suff. -ance. Fréq. abs. littér. :11 910. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 18 797, b) 11 677; XXe s. : a) 12 651, b) 16 494. Bbg. LEW. 1960, p. 57, 123, 126. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 121. — Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 110.

connaissance [kɔnɛsɑ̃s] n. f.
ÉTYM. V. 1080, conoisance; de connaître.
———
I
1 Fait ou manière de connaître. || La, les connaissances humaines; nos connaissances.La connaissance (qualifié). || Connaissance sensorielle; connaissance intuitive. Impression, intuition, sensation, sentiment. || Connaissance relative. || Connaissance exacte, profonde. Certitude, compréhension. || Connaissance abstraite, spéculative; pratique, expérimentale ( Expérience, pratique).
1 Toutes nos connaissances viennent des sensations.
Condillac, Traité des sensations.
2 Je souhaite, si vous voulez toute ma pensée, que le rationalisme ne se considère plus comme l'adversaire-né de la connaissance intuitive ou religieuse ou même mystique ou poétique.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VI, p. 297.
Absolt. || Théorie de la connaissance, des rapports entre le sujet (qui connaît) et l'objet. Épistémologie. || Le sujet de (la) connaissance.
La, une connaissance de qqch. par qqn. || La connaissance d'un objet (par un sujet). Conscience; compréhension, représentation. || Une grande connaissance des affaires. Compétence. || La connaissance d'une science, d'un art, d'une œuvre; d'un auteur. || La connaissance d'une nouvelle, d'un fait. || Traité de la connaissance de Dieu, œuvre de Bossuet. || Connaissance de l'avenir. Prescience, prévision. || Connaissance d'un pays. || Connaissance de l'Est, œuvre de Claudel.Avoir la connaissance de qqch., en avoir une connaissance précise, entière.Vx. || Avoir connaissance de… (au sens large).
3 (Un moi) qui de nos secrets a connaissance pleine (…)
Molière, Amphitryon, II, 1.
4 La connaissance de Dieu sans celle de sa misère (de l'homme) fait l'orgueil.
Pascal, Pensées, VII, 527.
5 (…) la connaissance de la mort et de ses terreurs est une des premières acquisitions que l'homme ait faites en s'éloignant de la condition animale.
Rousseau, De l'inégalité parmi les hommes, I, p. 49.
6 (…) la connaissance précise de sa force n'est peut-être autre que le génie.
Flaubert, Correspondance, t. II, p. 75.
7 Scali éprouvait avec violence la supériorité assez hideuse que donne sur celui qui ment la connaissance de son mensonge.
Malraux, l'Espoir, p. 103.
Connaissance des Temps, recueil publié chaque année et deux ans à l'avance par le Bureau des longitudes. Éphéméride.
Loc. Avoir connaissance de : être au courant, au fait de (qqch.). Connaître, savoir (→ Être au courant de, être instruit de). — ☑ Rare. Avoir connaissance que…
8 Vous avez peut-être eu connaissance qu'il était foreman dans un chantier en haut de la Tuque.
L. Hémon, Maria Chapdelaine, p. 138.
Prendre connaissance de… Documenter (se), examiner, renseigner (se). || Prendre connaissance d'un texte. Lire. — ☑ Donner à qqn connaissance de qqch., le lui apprendre. Renseignement, révélation; information, initiation. — ☑ Venir à la connaissance de qqn : être appris par qqn.
9 (…) je vous suppliais (…) d'ordonner à M. Boucard de vous donner une entière connaissance des réparations que mon fermier a faites à Bourbilly (…)
Mme de Sévigné, 1396, déc. 1694.
10 (…) songeant au testament dont on n'avait pas encore pris connaissance et qui sans doute réservait à l'aîné, le silencieux, la direction de B. et Co.
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 265.
Loc. adv. À ma connaissance : autant que je sache. || À la connaissance de tous. Su (au vu et au su).
Mar. || Avoir connaissance d'une terre, constater sa présence.
2 (Av. 1650). Dans des loc. Fait de sentir, de percevoir. Conscience, sentiment. || Avoir toute sa connaissance. Lucidité.Perdre connaissance : s'évanouir (→ 1. Porter, cit. 17).Tomber, rester sans connaissance : s'évanouir, être évanoui, tomber en syncope (→ Bouche, cit. 9).Reprendre connaissance : reprendre ses esprits.
11 En même temps, je recevais sur la tête un coup formidable et je perdis connaissance.
Léon Bloy, la Femme pauvre, II, V, p. 203.
12 Il est mort sans avoir repris connaissance (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. VI, p. 86.
3 (1595). || Les connaissances (sens objectif) : ce qui est connu; ce que qqn sait, pour l'avoir appris. Acquis, acquisition, bagage, culture, éducation, érudition, instruction, savoir, science. || Connaissances acquises. || Posséder des connaissances sur qqch. Clarté, lumière, teinture. || Approfondir, enrichir ses connaissances par l'étude. || Agrandir le cercle (III., 1.), le champ, étendre la sphère de ses connaissances. || Ensemble de connaissances. Encyclopédie. || Diffusion des connaissances par l'enseignement, la vulgarisation. || Contrôle des connaissances. Examen. || Il n'a que des connaissances élémentaires, fragmentaires, sommaires sur ce sujet. Aperçu, élément, idée, notion, rudiment. || Connaissances solides, approfondies. || Connaissances théoriques, scolaires. || Dans l'état actuel des connaissances.
13 De faire entrer chez vous le désir des sciences,
De vous insinuer les belles connaissances.
Molière, les Femmes savantes, III, 4.
14 Pour bien savoir les choses, il en faut savoir le détail, et comme il est presque infini, nos connaissances sont toujours superficielles et imparfaites.
La Rochefoucauld, Maximes, 106.
15 (…) je lui trouvai quelques connaissances mathématiques.
d'Alembert, Lettre à Voltaire, 22 déc. 1759.
16 Émile a peu de connaissances, mais celles qu'il a sont véritablement siennes; il ne sait rien à demi.
Rousseau, Émile, III.
17 (…) les connaissances nous suivent tout le reste de notre vie, nous sont toujours utiles et, quelquefois, nous consolent de bien des peines.
Stendhal, Souvenirs d'égotisme, p. 135.
18 (…) il y avait chez Pierre (le Grand) une disposition caractéristique — chercher l'application de toutes les connaissances qu'il acquérait, à mettre en pratique tout art dont on venait de lui enseigner la théorie.
Mérimée, Hist. du règne de Pierre le Grand, p. 65.
19 (…) il ne paraît pas que l'avancement des connaissances et la multiplicité des inventions aient beaucoup amélioré les mœurs.
France, la Vie en fleur, XXVIII, p. 317.
20 L'amas sur notre esprit de toutes connaissances acquises s'écaille comme un fard et, par places, laisse voir à nu la chair même, l'être authentique qui se cachait.
Gide, la Symphonie pastorale, p. 82.
(Sing. collectif). || Dans toutes les branches de la connaissance. Savoir, science.
4 (V. 1265). Spécialt et vx. Faculté de connaître propre à un être vivant. Compréhension, discernement, entendement, intelligence. || Être doué de connaissance.
21 (…) une méthode, par laquelle il me semble que j'ai moyen d'augmenter par degré ma connaissance, et de l'élever peu à peu au plus haut point auquel la médiocrité de mon esprit et la courte durée de ma vie lui pourront permettre d'atteindre.
Descartes, Discours de la méthode, I, p. 70.
22 Pourquoi ma connaissance est-elle bornée ? ma taille ? ma durée à cent ans plutôt qu'à mille ?
Pascal, Pensées, III, 208.
23 Il n'est pas question ici de savoir si les bêtes ont de la connaissance.
Fénelon, Traité de l'existence de Dieu, XXIII.
Loc. Les voies, les chemins de la connaissance (peut aussi être compris au sens 3, collectivt : « les connaissances »).
24 (…) il admettait comme un dogme que la science médicale (…) constituait le plus clair profit de vingt siècles de tâtonnements dans toutes les voies de la connaissance, le plus riche domaine ouvert au génie de l'homme.
Martin du Gard, les Thibault, t. III, p. 225.
5 (1283, connoissance). Dr. Droit de connaître et de juger. Compétence. || La connaissance d'une cause par un tribunal.Loc. || En connaissance de cause (→ Cassation, cit. 1).
25 François 1er ôta au Parlement la connaissance de ce qui concerne les évêchés.
Voltaire, Essai sur les mœurs, 138.
Fig. et cour. En connaissance de cause : avec raison et justesse. Cause (cit. 54 et 55), discernement (avec discernement), escient (à bon escient), judicieusement, pertinemment, sagement, savamment, sciemment (opposé à à la légère). || En toute connaissance de cause.
26 M. Turgot est protecteur de tous les arts, et il l'est en connaissance de cause.
Voltaire, Lettre à Lalande, 19 déc. 1774.
———
II (XIIe). Vx. Preuve, marque.
Mod. Vén. || Les connaissances : les traces laissées par la bête chassée.
26.1 (…) les différences
Des pinces de mon cerf et de ses connaissances (…)
Molière, les Fâcheux, II, 6.
———
III (1494, congnoissance).
1 (Dans quelques constructions). Relation sociale qui s'établit entre personnes ayant été au moins une fois en contact. || Lier connaissance avec qqn. Aboucher (s'), accointer (s'), contact (entrer en), lier (se), rapport (se mettre en), rencontrer.Faire connaissance. || J'ai fait connaissance avec lui, j'ai fait sa connaissance.(Formule de politesse). || Je suis heureux de faire votre connaissance.Absolt. || Nous avons fait connaissance. || Renouer, renouveler connaissance : reprendre des relations interrompues. || Faire faire connaissance à deux personnes. Introduire (auprès de…), présenter (à…).par ext., cit. 33, 34, ci-dessous.
Vx. Être, entrer en connaissance avec qqn.
De connaissance : que l'on connaît. || Une personne, un visage de connaissance. || Nous sommes entre gens de connaissance, qui se connaissent. || Un dessinateur de ma connaissance. — ☑ Loc. (1689, Mme de Sévigné, in D. D. L.). Être en pays de connaissance, avec des gens que l'on connaît, dans un milieu social, un domaine intellectuel que l'on maîtrise.
2 (1628, in D. D. L.; répandu XVIIIe; → ci-dessous, cit. 32.1). || Une connaissance : une personne que l'on connaît. Relation; liaison, rencontre. || Ce n'est ni un ami ni un camarade, c'est une simple connaissance.Vieille connaissance : personne que l'on connaît depuis longtemps. Ami, familier. || Cultiver une connaissance. || Se faire des connaissances.
27 (…) il est mon ami,
C'est une vieille connaissance.
La Fontaine, Fables, IV, 7.
28 Je voudrais l'accoster, s'il est en ma puissance,
Et tâcher de lier avec lui connaissance.
Molière, l'École des maris, I, 3.
29 Ce qui nous fait aimer les nouvelles connaissances n'est pas tant la lassitude que nous avons des vieilles, ou le plaisir de changer, que le dégoût de n'être pas assez admirés de ceux qui nous connaissent trop, et l'espérance de l'être davantage de ceux qui ne nous connaissent pas tant.
La Rochefoucauld, Maximes, 178.
30 (…) elle (ma petite enfant) a trouvé beaucoup de gens de sa connaissance (…)
Mme de Sévigné, 265, 15 avr. 1672.
31 Mme de Sévigné (…) Ce n'est pas seulement un classique, c'est une connaissance, et, mieux que cela, c'est une voisine et une amie.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 22 oct. 1849.
32 (…) l'une de ces personnes qui ne sont ni amies ni indifférentes et avec lesquelles nous avons des relations de loin en loin, ce qu'on nomme enfin une connaissance (…)
Balzac, Mme de la Chanterie, Pl., t. VII, p. 280.
32.1 (…) courir au-devant des distractions, des visages nouveaux, de ces liaisons passagères, de ces amis de rencontre, pour lesquels le siècle invente le mot connaissances (…)
Ed. et J. de Goncourt, la Femme au XVIIIe s., t. II, p. 134.
(1852). Fam. Vx. Maîtresse, amant. || Il est sorti avec sa connaissance.
3 (1823). Faire connaissance, plus ample connaissance avec qqch., découvrir, mieux connaître.
33 Marie en vint à se dire qu'elle faisait connaissance, assurément par sa faute, avec les inconvénients d'une conduite irrégulière; mais que bien d'autres femmes avaient dû passer par là avant elle.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, I, p. 10.
34 Une manière commode de faire la connaissance d'une ville est de chercher comment on y travaille, comment on y aime et comment on y meurt.
Camus, la Peste, p. 13.
CONTR. Doute, ignorance, incompréhension, inconnaissance, inconscience, inexpérience, obscurité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Connaissance — (fr., spr. Konnässangs), 1) Kenntniß; 2) Bekanntschaft; 3) Art der Hirschfährte, s.d. Connaissement (spr. Konnäß mang), so v. w. Connossament; Connaissable (spr. Konnäßabel), kennbar …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Connaissance — (frz., spr. – nässángß), Kenntnis; Bekanntschaft. C. des temps (spr. dä tang), die vom Bureau des longitudes in Paris jährlich herausgegebene Sammlung von astron. Ephemeriden …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Connaissance — (frz. Konnässangs), Kenntniß, Bekanntschaft; Connaissement (frz. Konäßmang), Conossament, engl. bill of lading, Ladungsschein, der von dem Kapitän ausgestellte Frachtbrief …   Herders Conversations-Lexikon

  • connaissance — (ko nê san s ) s. f. 1°   État de l esprit de celui qui connaît et discerne. La connaissance de Dieu. La connaissance du bien et du mal. La connaissance du coeur humain. Ce guide a la connaissance de la montagne. •   Qu est ce que Jupiter… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CONNAISSANCE — s. f. L exercice de cette faculté par laquelle l âme connaît et distingue les objets. Perdre toute connaissance. Il n a plus de sentiment ni de connaissance. Elle est restée longtemps sans connaissance. J eus bientôt repris connaissance. Elle s… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Connaissance — La connaissance est une notion aux sens multiples à la fois utilisée dans le langage courant et objet d étude poussée de la part des philosophes contemporains. Les connaissances, leur nature et leur variété, la façon dont elles sont acquises,… …   Wikipédia en Français

  • CONNAISSANCE — n. f. Exercice de la faculté par laquelle on connaît et on distingue les objets. Perdre toute connaissance. Il n’a plus de sentiment ni de connaissance. Elle est restée longtemps sans connaissance. Un transport au cerveau lui a ôté toute… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • connaissance — nf., science, savoir ; expérience, choses que l on connaît ; relation, personne que l on connaît ; conscience, facultés intellectuelles ; rencontre (de qq.) : konèssanse (Aix, Cordon), kon nchinse (Arvillard.228), KO NSANSE (Albanais.001b, Annecy …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Connaissance — Con|nais|sance [... sã:s] die; , n [...sn̩] <aus gleichbed. fr. connaissance zu connaître »kennen, erkennen«, dies aus gleichbed. lat. cognoscere> (veraltet) a) Bekanntschaft, Kenntnis; b) Bekanntenkreis …   Das große Fremdwörterbuch

  • connaissance —    Maîtresse, concubine.        Ah! vous avez une connaissance, monsieur!    DE LEUVEN …   Dictionnaire Érotique moderne


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.